La création du monde selon la mythologie maorie

La création du monde selon la mythologie maorie

Mondialement connue grâce aux hakas rituels exécutés avant chaque match de rugby par les All Blacks, la culture maorie est l’une des rares à avoir conservée intacte la plupart de ses récits mythologiques après avoir vécue la colonisation. Parmi ces documents, le manuscrit « Nga Tama a Rangi » (les fils du Ciel) écrit en 1849 par Wiremu-Maihi-Te-Rangikāheke. Celui-ci raconte la création du monde et toutes les tribus Maories le considère comme globalement valide.

 

Le Ciel et la Terre : l’origine de toute chose

Selon les Maoris, le Ciel et la Terre sont à l’origine de toutes choses. Le Ciel nommé Rangi et la Terre Papa sont au commencement collés ensemble. Cette situation pose toutefois problème : l’obscurité entourait entièrement le Ciel et la Terre.

Malgré cela, le Ciel et la Terre eurent 6 enfants, les 6 dieux originels Maoris :

  • Tangaroa, Dieu de la mer, des poissons et des reptiles
  • Rongo-ma-tane, Dieu de la nourriture cultivée des Hommes
  • Hauma-tikitiki, Dieu de la nourriture sauvage des Hommes
  • Tane-mahuta, Dieu des forêts, insectes et oiseaux
  • Tawhiri-ma-tea, Dieu du tonnerre, du vent et des tempêtes
  • Tu-matauenga, Dieu de la guerre

Fatigués par cette obscurité constante, ces 6 Dieux se concertent pour décider du sort du Ciel et de la Terre. Après de longues discussions, les divinités s’accordent sur la solution de séparer leurs parents. Le seul qui s’opposa à cette solution fut Tawhiri-ma-tea qui ne voulait pas voir ses parents séparés.

Les 5 frères composants l’accord essayèrent alors chacun leurs tours de séparer le Ciel et la Terre. Les 4 premiers échouèrent dans leurs tentatives. Puis Tu-matauenga, le Dieu de la guerre tenta sa chance.

Après une lutte intense, il se retrouva la tête plantée dans sa mère la Terre et posa les pieds sur son père le Ciel. Après un grand effort, il parvient finalement à séparer le Ciel et la Terre. A peine le Ciel et la Terre eurent-été séparés que les humains qu’ils avaient engendrés furent découverts, cachés jusque-là entre les corps de Rangi et Papa.

La rébellion de Tawhiri-ma-tea

Cependant, Tawhiri-ma-tea, le Dieu du vent et des tempêtes était furieux. Un désir féroce de faire la guerre à ses frères naissait en lui car ces derniers avaient séparé leurs parents communs. Dès le début, il était le seul à avoir refusé à ce que sa mère soit arrachée à son père et ses enfants. Ce sont uniquement ces frères qui avaient décidés de cette séparation et ont souhaité que le Ciel ou la Terre seule reste comme parent unique.

Le Dieu des vents et tempêtes redoutait aussi que le monde devienne trop juste et trop beau. Il suivit donc son père dans les royaumes supérieurs. Les rafales féroces, les nuages d’orages, les tourbillons et les nuages massifs sombres furent ces armes. A la suite de ces attaques, 4 de ces frères furent vaincus ou fuirent.

Le dernier frère restant était Tu-matauenga, le Dieu de la guerre. Ce dernier combattu alors Tawhiri-ma-tea. Finalement, aucun des 2 n’arriva à prendre le dessus sur l’autre et Tawhiri-ma-tea se replia.

Création monde maori Tu-matauenga
Statue représentant Tu-matauenga et visible aux abords du stade Eden Park en Nouvelle-Zélande.

La funeste vengeance de Tu-matauenga

Après son combat, Tu-matauenga était en colère contre ses frères qui l’avaient laissé seul se battre. Pour se venger, il décida d’éliminer ses frères. Après avoir vaincu 4 de ses frères, il les dévore.

Le seul n’ayant pas pu être vaincu et dévoré fut Tawhiri-ma-tea. Il était le dernier enfant né du Ciel et de la Terre et restait un ennemi pour l’Homme. D’une rage égale à celle de l’Homme, ce grand frère l’attaque toujours dans les tempêtes et les ouragans, s’efforçant de le détruire par la mer et par la terre.

Conclusion : Des Maoris insoumis

La mythologie Maorie et plus globalement leur culture est encore fortement présente en Nouvelle-Zélande. Cette situation assez rare dans les pays colonisés s’explique par le fait que les Maoris n’ont jamais été totalement soumis. Malgré le traité de Waitangi faisant de la Nouvelle-Zélande une colonie anglaise, de nombreuses guerres et conflits entre colons et Maoris vont éclater dont la célèbre guerre de Flagstaff où ces derniers menés par Te-Ruki-Kawiti et Hone-Heke infligeront plusieurs défaites humiliantes aux Anglais. Ces conflits finiront finalement en 1868.

Laisser un commentaire