L’évolution des pyramides dans le temps

L’évolution des pyramides dans le temps

Symbole de la civilisation égyptienne, la pyramide a connue de nombreuses évolutions architecturales, techniques et culturelles au cours de sa vie millénaire. Dans l’imaginaire collectif, la pyramide ressemble à un triangle de pierres de plusieurs dizaines de mètres de haut. Pourtant, ce type d’édifice ne représente qu’une partie des pyramides.

 

Le mastaba : l’ancêtre des pyramides

Avant la pyramide, le principal édifice funéraire de l’Egypte antique était le mastaba. Ressemblant à une terrasse rectangulaire et construit en briques ou en pierre taillées, l’édifice se composait en surface d’une chapelle dont l’accès se faisait par une porte et une fausse porte était dessinée sur le mur face à l’entrée pour symboliser le passage vers le monde des morts.

En profondeur, un puits pouvant aller jusqu’à 20 mètres de profondeur est creusé à partir du toit du mastaba. Ce puits mène au caveau où se trouve le sarcophage du défunt et les objets censés l’accompagner dans l’au-delà.

L’un des plus célèbres mastaba est celui d’El-Faraoun. Dernière demeure du pharon Chepseskaf et construit entre 2 472 et 2 467 avant J-C ; ses mensurations à la fin des travaux étaient de 100 mètres de longs, 75 de larges et 20 de hauts.

 

La pyramide à degrés : à la conquête du ciel

Avec la pyramide à degrés, les pyramides vont connaitre leur première version. Cette dernière est en réalité composée de plusieurs mastabas élargis et superposés l’un sur l’autre lui donnant un visuel d’escalier. La première pyramide à degrés est celle construite par le pharaon Djéser à Saqqarah. Construite aux alentours de 2 600 avant J-C et mesurant 62 mètres de haut, cette ouvrage révolutionna les édifices funéraires de l’Egypte Antique. En effet, la norme en matière de dernière demeure du pharaon passera du mastaba à la pyramide.

 

Moins de 100 ans plus tard, l’architecture des pyramides va connaitre une nouvelle évolution grâce au pharaon Snéfrou à qui l’on doit 3 pyramides.

Mesurant 105 mètres de haut, la pyramide rhomboïdale de Dahchour est une première tentative visant à lisser les côtés d’une pyramide. La particularité de la pyramide rhomboïdale réside dans la présence de 2 angles différents. En effet, alors que la partie basse de la pyramide est inclinée à 54,34 degrés, la partie haute est quant à elle inclinée à 43,21 degrés. Ces angles différents donnent donc à la pyramide un style unique différent de toutes les autres pyramides.

 

pyramid-387277_640
Photo de la pyramide rhomboïdale de Snéfrou construite près de Dahchour

 

La pyramide à faces lisses : l’apogée architecturale

Bien qu’ayant déjà une pyramide achevée pouvant lui servir de dernière demeure, Snéfrou veut encore innover et va construire la première pyramide à face lisse : la pyramide rouge de Dahchour. De couleur rouge et d’une hauteur de 104 mètres, cette dernière va contrairement à la pyramide rhomboïdale bénéficier d’un angle d’inclinaison unique de 43, 19 degrés. Cette angle unique va donner naissance au style architectural des pyramides à faces lisses, le style de pyramide qui imprègne notre imaginaire collectif.

L’apothéose de la pyramide à faces lisses sera atteint par Khéops, le fils de Snéfrou et sa Grande Pyramide de Gizeh construite aux environs de 2 560 avant J-C. Mesurant 146 mètres de haut à la fin des travaux et considérée comme l’une des 7 merveilles du monde, ce chef d’oeuvre représente une superficie de 2 600 000 mètres cubes et restera la plus grande pyramide de tous les temps.

 

La démocratisation des pyramides

L’Egypte antique déclinant lentement mais surement, l’argent se fait de plus en plus rare et les projets démesurés comme les pyramides d’une hauteur de plusieurs dizaines de mètres s’arrêtent.

Les pyramides vont donc rétrécir jusqu’à ne plus atteindre que quelques mètres de haut pour les derniers souverains utilisant ce type d’édifice comme sépulture.

Les pyramides finiront par être abandonnées par les pharaons qui lui préféreront les hypogées, des tombeaux souterrains comme ceux de la mythique Vallée des Rois. Ces tombeaux ont l’avantage d’être bien moins coûteux et moins visible ce qui permet de réduire les risques de pillages.

Le concept de pyramide sera toutefois repris par la bourgeoisie égyptienne sous la forme de pyramide rétrécie à quelques mètres de hauteur.

Parmi ces pyramides miniatures, on retrouve par exemple la pyramide de Zaouiet el-Meïtin qui mesure seulement 4,75 mètres de haut.

 

Les pyramides furent donc en plus d’un édifice funéraire un monument affichant le pouvoir du pharaon auprès de la population. Lorsque l’argent manqua et que le pouvoir des souverains diminua, les pyramides diminuèrent de taille jusqu’à disparaître définitivement au profit d’un type de tombeau plus discret recentré sur l’objectif principal de servir de dernière demeure au défunt.

Laisser un commentaire