Les Gaulois et l’écriture : une histoire de culture

Les Gaulois et l’écriture : une histoire de culture

Lorsque l’on parle d’écriture, les Gaulois sont loin d’être le premier peuple auquel on pense. En effet, on entend régulièrement l’affirmation selon laquelle on sait peu de chose sur les Gaulois car ces derniers ne pratiquaient pas l’écriture. Mais cette affirmation est-elle réelle ?

Les langues gauloises et l’écriture

Il est important avant tout de faire la différence entre la situation de la langue gauloise et celle des peuples gaulois. Concernant, les langues gauloises, l’affirmation est vraie : ces langages n’avaient pas de formes écrites. Cette particularité réside la volonté gauloise de privilégier la transmission orale à la transmission écrite. La religion joue d’ailleurs un rôle important dans cette décision. En effet, dans son ouvrage « la guerre des Gaules », Jules César affirme que les vers appris des druides gaulois ne doivent pas être écrits.

 

Les peuples gaulois et l’écriture

Bien que les langues gauloises n’avaient pas de formes écrites, les peuples gaulois utilisaient quand même l’écriture dans la vie quotidienne. Dans un premier temps, ils vont recourir aux écritures grecques et Étrusques (peuple vivant en Italie). Dans la Guerre des Gaules, César rapporte la découverte faite par ces hommes lors de la migration Helvète. Après avoir vaincu les Helvètes, les soldats romains fouillent leur camp. Ils y découvrent notamment plusieurs tablettes écrites en grecques.

Ces tablettes servaient aux Helvètes de recensement : une liste d’homme en état de combattre avait été dressée tout comme une liste séparée regroupant les femmes, enfants et vieillards. Après la conquête romaine, le latin va venir remplacer le grec et l’étrusque en tant que langue écrite avant de supplanter petit à petit le gaulois comme langue orale. Les gaulois recouraient donc bien à l’écriture malgré l’absence de cette forme de communication dans leurs propres langages.

pierre de Martialis
Pierre de Martialis écrite en Latin et servant de présent pour le Dieu Ucuetis. Visible au Muséoparc Alésia d’Alise Sainte Reine.

 

Pourquoi une langue écrite étrangère ?

Une langue écrite est un atout considérable dans de nombreux domaines. C’est le cas du commerce où les marchands l’utilisent pour dresser l’inventaire de leurs produits. Les marchands gaulois ont donc pu introduire l’usage des écritures grecques et étrusques dans la société gauloise. Ce phénomène est d’autant plus probable que les étrusques vivaient en Italie et les Grecs étaient implanté à Massalia (l’actuel Marseille). Ces 2 peuples sont donc des voisins avec lesquels les gaulois entretenaient des relations commerciales.

L’arrivée de la langue écrite latine arrivera quant à elle avant la conquête romaine. En effet, l’aristocratie gauloise avait tendance à envoyer sa jeunesse à Rome pour qu’elle ait une éducation romaine, jugée comme plus sophistiquée. C’est de cette manière que Vercingétorix aurait côtoyé César avant de devenir son ennemi. Les Romains arriveront ensuite à diffuser l’écriture mais aussi la langue latine sans utiliser la force.

Les postes procurant du pouvoir au niveau local était en effet attribués de préférence aux Gaulois maîtrisant le Latin. L’aristocratie des grandes villes fut donc la première à assimiler la langue du conquérant. L’élite la diffusera ensuite à son tour au reste de la population.

L’utilisation des langues gauloises commencera à décliner à partir du IIIe siècle après J-C au profit du Latin avant de s’éteindre au Ve siècle après J-C. Pourtant les langues gauloises ont laissées une trace dans la langue française. En effet, on estime à une centaine le nombre de mots français issus du gaulois tel que chêne ou galet.

Laisser un commentaire