La création du monde selon les Amérindiens du Nord

La création du monde selon les Amérindiens du Nord

Comme pour les celtes, les amérindiens n’étaient pas une nation unie mais un ensemble de peuples et tribus partageant certaines normes sociales, religieuses …

Cela signifie donc que parler de LA mythologie des amérindiens du Nord n’est pas historiquement vraisemblable de parler d’une mythologie amérindienne unique car chaque tribu avait des Dieux différents et des spécificités religieuses uniques.

Cependant, pour pouvoir vulgariser et faciliter la compréhension, cette article parlera de « la mythologie des amérindiens d’Amérique du Nord ».

 

La multiplicité des mythes sur la création du monde

Comme précédemment dit, chaque tribu amérindienne d’Amérique du Nord avait sa propre conception de la religion. Cela découle donc sur de très nombreux mythes sur la création du monde.

On peut toutefois classer un grand nombre de ces mythes en 2 grandes catégories :

  • Les mythes du filou comique
  • Les mythes du Héros culturel

Les mythes du filou comique

Ce type de mythe a  pour personnage principal le Transformateur, un Grand Esprit. Ce type de mythe met en scène un personnage comique volant la lumière, le feu, l’eau, la nourriture, les animaux et l’humanité. Maladroit, le Transformateur perd toutefois ces « artefacts » au cour de son voyage ou envoi à l’aventure certains animaux pour créer le monde.

Dans cette catégorie, on retrouve le mythe du Corbeau dans plusieurs tribus.

Une de ces légendes raconte que Corbeau était autrefois un bel oiseau blanc. Ayant honte qu’Aigle-Gris garde le soleil, la lune, les étoiles, l’eau et le feu pour lui seul, Corbeau décida de les voler. Il accrocha haut dans le ciel le soleil, la lune et les étoiles. Il prit l’eau dans son bec et laissa tomber des gouttes à terre qui formèrent les lacs et rivières.

Il finit par le feu pour lequel il attrapa une branche enflammée dans son bec. Se brûlant en vol, il laissa tomber le feu qui atterri entre des pierres.

C’est ainsi que le beau Corbeau blanc devint noir et que les humains découvrirent le feu en frappant 2 pierres l’une contre l’autre.

 

Les mythes du Héros culturel

Ayant toujours le Transformateur comme héros, ces mythes dépeignent cette fois le Transformateur comme un humain disposant de pouvoirs surnaturels. Grâce à ces pouvoirs, le héros parviendra a accomplir des exploits légendaires donnant naissance au monde.

Ici, le Transformateur peut aussi ne pas être un seul esprit mais 2. Ayant un lien de de sang, ces 2 esprits vont se retrouver en compétition et accomplir des exploits de plus en plus exceptionnels  pour déterminer lequel est le meilleur. Ces exploits mèneront finalement à la création du monde.

Chez les peuples algonquins, le mythe des frères Glooscap et Malsum raconte comment ces derniers ont créés le monde. Dans ce mythe Glooscap donne vie au soleil, à la lune, aux animaux, aux poissons et aux humains. De son côté, Malsum donne forme aux serpents, montagnes et vallées.

512px-Glooscap_monument,_Millbrook,_Nova_Scotia
Statue représentant Glooscap, visible au centre culturel et héritage de Millbrook (Canada)

 

Ces 2 catégories de mythes ne sont toutefois pas les seules. Dans certaines tribus amérindiennes, on retrouve notamment des mythes où la création du monde survient à la suite d’un déluge. Avec l’arrivée du christianisme, de nombreuses tribus deviendront croyantes et abandonneront leurs anciens cultes. Cependant, d’autres tribus mêlerons christianisme et cultes autochtones (les Hurons-Wendat entre autre) ou refuseront tout bonnement le catholicisme.

 

 

Laisser un commentaire